Rechercher sur ce site ...

Chargement...

Biskra - Lac de l'ancien fort - Auguste MAURE 1880

DELEMOTTE et ALARY

Les photographes Louis Hippolyte Joseph Delemotte (1798-1863) et son assistant encadreur-doreur Jean-Baptiste Antoine Alary furent les premiers à photographier Biskra, avec leur daguerréotype intitulé "Minaret en ruine" datant de mai 1850. Ce daguerréotype appartient aux tout premiers clichés d'Algérie. Il fait partie de la collection Gabriel Cromer conservée à l'International Museum of Photography (maison de George Eastman, Rochester, New-York).


Delmotte&Alary, "Minaret en ruine - Biskra", mai 1850


Origine photo : Museum of Photography, New-York.

DELEMOTTE, Louis Hippolyte Joseph (1798-1868)

Nous ne savons pas grand chose sur ce M. Delemotte sinon qu'il est l'un des tout premiers photographes en Algérie. Il travaille avec  Alary à partir de 1847. Il est domicilié à Batna en 1850 à l'époque du premier cliché de Biskra (i). Il décède à Oran en 1863.
_________
(i) Cf Acte de mariage de sa fille Corine, Ernestine, Julie en juin 1850

JEUFFRAIN, Paul (1809-1896)

Paul Jeuffrain, patron d'une draperie à Louviers (Eure), s'adonne à la photographie et rapporte de son voyage en Algérie en 1856 une remarquable collection de clichés.
Membre fondateur de la société Française de Photographie en 1854.
Calotypes d'Alger, de Constantine et de Biskra.


Jeuffrain, "Biskra - Marabout et minaret en ruine", 1856


Origine photo : Société Française de Photographie.

MOULIN, Félix Jacques Antoine

Photographe installé à Paris depuis 1840.
En 1856, muni d'une lettre de recommandation du ministre de la guerre, il embarque pour l'Algérie. Pendant 18 mois il photographie tout le pays. Trois cent photos parmi toutes celles qu'il a prises en Algérie seront publiées en 1859-1860 dans un ouvrage intitulé "Souvenir d'Algérie ou l'Algérie photographiée". Cet ouvrage est composé de nombreuses photos de Biskra.


Moulin, "Biskra - Arabes jouant aux cartes", 1856, Coll. GD



Moulin, "Biskra - Les marchandes", 1856, Coll. GD

Pour ceux qui désireraient en savoir plus sur ce célèbre photographe, je conseille vivement le livre de Pierre ZARAGOZI : "Photographe en Algérie : Félix Moulin (1802-1879) & l'Algérie photographiée". Pour vous procurer ce livre, vous pouvez contacter directement son auteur : pezed@free.fr .

PUIG, Pierre-Emmanuel,Joseph

Originaire de Marseille, il est pharmacien militaire (pharmacien-major de lre classe) sur Biskra dans les années 1855. Chevalier de la Légion d'Honneur en 1864 et officier de la Légion d'Honneur en 1907.

Photographe amateur ayant permis l'illustration d'un article de M. Henry Duveyrier : "Voyage dans le pays des BENI-MEZAB" publié en 1861 dans "LE TOUR DU MONDE - Nouveau Journal des Voyages", éditions : Librairie de L. Hachette et Cie.

ALARY, Jean-Baptiste, Antoine (1810-vers 1867) & GEISER Julie

Après avoir été initié par Delemotte, Jean-Baptiste Alary,  affirme ses talents de photographe au tout début des années 1850. Il s'associe en 1855 avec Julie Geiser, veuve de Lucien Jacob Geiser, un horloger suisse. Originaires tous deux de la Chaux de Fonds en Suisse, ils fondent "LA PHOTOGRAPHIE ALGERIENNE",  une collaboration qui sera active jusqu'en 1868. Notons que Julie Geiser est la mère de  Jammes et de Jean Geiser qui, chacun à la direction d'un studio photo, seront sur Alger promis à une grande carrière de photographe (i). Devant le succès de l'ouvrage de Félix-Jacques Moulin, Jean-Baptiste Alary entreprend une série de voyages entre 1857 et 1867 dans toutes les régions d'Algérie, ainsi qu'en Tunisie et au Maroc (ii). Une multitude de clichés sera publié au format Carte de Visite (CDV) et quelques tirages en grand format celui présentée ci-dessous datant de 1865.
____________________
(i) HUMBERT Jean-Charles, "Jean GEISER - Photographe - Editeur d'art Alger 1848-1923", Edition IBIS Press, 2009
(ii) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_Alary

Alary & Geiser,"Arabes - Biskra - Algérie", 1865, Coll. GD


DE BEAUCORPS, Gustave (1825-1908)

Initié à la photographie par Gustave Le Gray vers 1856-57.
Séjour en Algérie vers 1859 dont il rapporte de nombreuses photos de monuments, sites pittoresques et des portraits.
Exposition en 1859 de ses vues d'Algérie à la société française de Photographie.


G.De Beaucorps, "Biskra - Campement arabe", 1859


G.De Beaucorps, "Biskra - Smalah du cheik El-Arab", 1859


Origine photos : Collection du Musée d'Orsay

SARRAULT, Alfred

Photographe installé à Constantine.


Sarrault, "Fort saint Germain - Biskra", 1860, Coll. GD

MARQUIS DE COURCIVAL

Officier de cavalerie au troisième régiment de chasseurs, le marquis Stellaye Baigneux de Courcival séjourne en Algérie de septembre 1861 à juillet 1865.

Membre de la colonne expéditionnaire du Souf en 1861 et 1862, il réalise au début de son séjour un des premiers reportages photographiques sur le Nord-Est algérien, de Sétif aux monts du Hodna et des Aurès, jusqu'aux grandes oasis sahariennes du Souf et de Touggourt. À son retour en France, il devient membre de la Société française de photographie en 1869 et de la Société de géographie en 1872. Son travail composé d'environ 150 clichés est exposé lors du Congrès international des sciences géographiques à Paris en 1875.




marquis Courcival, "El Kantara", circ. 1865

DISDERI, André Adolphe Eugène (1819, Paris-1889, Paris)

Inventeur de la carte-de-visite, Disdéri est photographe officiel de l'empereur. Lorsque  Napoléon III se rend en Algérie en septembre 1860, il est très vraisemblable que Disderi fasse partie du cortège. Toujours est-il qu'en  mars 1861, il publie un catalogue de deux cent cinquante-six photographies « algériennes ». Nous retrouvons en vente sur internet de magnifiques photos d'Ouleds Nails attribuées à Disderi sans aucune confirmation, aucune n'étant signée. Certaines d'entr'elles disposent cependant des éléments permettant de les attribuer au studio "Photographie Saharienne" d'Alger. Les investigations sur ce point sont en cours! Rien ne permet néanmoins à ce jour d'attester d'un séjour de Disdéri sur Biskra.

BERTHOMIER, Jules (1830, Viry-Chatillon, 1893 - Paris IVe)


Expérimente la photographie couleur dès les années 1864 à Biskra et dépose un brevet en 1891 sur le sujet. Ancien capitaine du 3eme régiment des tirailleurs algériens (Infanterie) basé à Biskra puis à Touggourt. Présent à Biskra en 1864 et en 1867, il utilise l'ancienne maison du Cardinal Lavigerie comme laboratoire. Il photographie Biskra et Touggourt.

Le 29 février1872, lors de son mariage avec Marie-Louise GRUESSE, il est domicilié à  Alger, rue Bab-Azoun et se déclare sans emploi. A peine plus de deux mois plus tard, le 11 mai 1872, il est témoin d'un mariage de la famille ROZIER (photographes sur Alger), il se déclare alors photographe et habitant Alger, boulevard de la république.

Plusieurs indices concordants nous incitent ici à formuler l'hypothèse que M. Jules Berthomier puisse être le fameux "J.B. du Sahara" à l'origine des clichés du studio algérois "Photographie Saharienne". Le fait que M. Berthomier ait exercé  en tant que militaire photographe sur la place de Biskra pourrait justifier le fait que les photos du studio P.S. algérois ne soient pas explicitement signées. L'éventuel rôle joué par M. Berthomier dans la création du studio "Photographie Saharienne" de Biskra aux côtés d'Auguste Maure restant à confirmer. M. Berthomier étant féru des techniques photographiques, ses expérimentations visant à obtenir des photos couleurs dès 1864 l'atteste, il a très bien pu contribuer à la formation d'Auguste Maure.

Ses liens avec les frères ROZIER dans les années 1860 sont encore à éclaircir. Toujours est-il qu'ils seront tous les trois témoins en 1872 au mariage de la soeur ainée de la famille ROZIER. Cette proximité est-elle due au hasard ou présume-t-elle d'une éventuelle collaboration dans les années 1860. Je vous engage à lire pour plus de détails l'article sur les frères ROZIER et sur le studio Photographie Saharienne d'Alger.

La photo suivante signée BERTHOMIER a aussi été publiée sous la signature P.S. Alger, un tirage appartenant à M. Mégnin  avec le titre "oasais biscara".

J. Berthomier, Collecte des dattes - Biskra, c. 1865, Coll. GD

Jules Berthomier a fondé un studio à Alger (Bd république, 5 rue Colbert, bd Maison Blasselle en 1873), à Bône (cours Jerôme Bertagna, 17 rue du 4 septembre),  à Constantine, à Souk-Ahras ainsi qu'à Tunis ...

A sa mort en 1893, son épouse Marie-Louise GRUESSE prendra sa succession à la tête du studio photo de Bône.


PHOTOGRAPHIE SAHARIENNE, Studio d'Alger



Dans son excellent ouvrage sur la photo-carte en Algérie (i), Michel Mégnin nous révèle ce studio algérois qui aurait pu entretenir des relations avec celui du même nom, fondé à Biskra par Auguste Maure en 1860.

Installé au 1 rue Tourville, ce studio fut à l'origine de photographies d'El Kantara, de Biskra et de Touggourt dans les années 1860.


Un mystérieux "J.B. du Sahara" signe une série de photos publiée par ce studio dans les années 1860. Serait-ce les initiales de ce mystérieux photographe ? (Voir hypothèse Jules Berthomier soutenue dans le précédent article)

Selon Michel Mégnin, on retrouve des clichés du studio repris plus tard par CHAVE et FAMIN (même adresse à Alger) puis par l'agence Giraudon à Paris. Enfin une CDV de méhari publiée par P.S. est aussi publiée avec au dos le tampon humide des frères ROZIER.

___________________________
(i) MEGNIN Michel,  La photo-carte en Algérie, Editions Non Lieu - Amis de Paris-Méditerranée, Paris, 2007




PH. Saharienne,  "Jeune fille de Biskra" - c. 1865, Coll. GD


J.B. du Sahara - Biskra- circ. 1865, Coll. GD

PH. Saharienne Alger, Jeunes filles à Biskra, c. 1865, Coll. GD


MAURE, Auguste (1840-1907)

Auguste Maure fonde à Biskra dans les années 1860 le studio Photographie Saharienne. En 1870, il devient propriétaire à Biskra d'un immeuble au 33 de la rue Berthe. Il y installe le studio qui restera en activité jusque dans les années 1940.


A. Maure, Studio MAURE, c.1870, Coll. N.Peyriere (née MAURE)

Auguste est à l'origine de nombreux clichés illustrant des quartiers, des monuments, des paysages ou des scènes de vie de Biskra et de ses environs (El Kantara, Tilatou, Sidi Okba, Chetma, Tolga, Touggourt ...).


A. Maure, Vieux Biskra, c. 1875, Coll. GD


Les membres de la tribu des Ouled Nails portent une tenue, une coiffe et des bijoux incomparables. Ces prostituées arabes originaires du sahara animent la ville de spectacles de danses folkloriques très appréciés des touristes.


A. Maure, Ouled Nail, c. 1875, Coll. GD

Son fils Marius Maure assurera la relève vers 1895.

Famille MAURE - Premiers photographes résidents à  Biskra - 1860-1935

PEDRA, Joseph Augustin (père) (1809, 1879)

Né en 1806. Habite Batna en 1857 lorsqu'il se marie avec Juliana Ruth. Il est alors déclaré comme peintre en bâtiment. Il ouvre un studio de photographie à Tlemcen vers 1857 où il rencontre Gustave de Beaucorps qui y réalise des prises de vue en 1859.
Il est domicilié à Tlemcen en 1860 lors de la naissance de son fils Grégoire Antoine (lui-même photographe).

NEURDEIN, Frères

Les frères Etienne et Louis Antonin Neurdein se sont associés à la fin du XIXe pour former la maison d'édition ND à l'origine d'une très grande quantité de photos et de cartes postales couvrant non seulement l'Algérie mais la France entière.


ND, "Biskra - Groupe de palmiers" - c. 1880, Coll GD


Rien ne permet de savoir véritablement si ces photos signées ND Phot. sont des clichés Neurdein ou ceux de correspondants locaux. Nombreux photographes ont effectivement collaboré avec Neurdein pour diffuser plus largement leurs clichés artistiques. C'est le cas par exemple du studio Maure de Biskra.

PROD'HOM, Jean Henri Jules Adolphe

Les Prod'hom sont une grande famille de photographes originaires de Suisse (La Chaux de Fonds) comme le sont Alary et la famille Geiser. Jean Henri Jules Adolphe PROD'HOM et Evodie CAREL étaient tous deux photographes installés à Bône.
Leur fils Adolphe Henri puis leur petit fils Jean prendrons successivement la direction du studio et cela jusque dans les années 1950.
Jean Prod’hom vient à Biskra et dans les Aurès en 1876 (selon Paul Pizzaferri - historien de Biskra).



Origine photo : Getty Research Institute - Los Angeles

ROZIER, Ferdinand et Félix

Antoine Ferdinand ROZIER est né le 31 mai 1837 à Paris (12e) et François Félix ROZIER le 23 avril 1839 à Paris (12e) - il décède le 7/9/1885. Ferdinand et Félix sont des photographes installés à Alger (6 rue des Maugrébins). Ils ont pris quelques clichés de Biskra dans les années 1860 dont ceux présentés ci-dessous.

Michel Mégnin a révélé au moins une CDV, représentant un méhari et portant au dos le tampon humide des photographes, ayant aussi été signée du studio algérois "Photographie Saharienne"(P.S.). Quel lien entretenait Rozier avec ce studio P.S. ? Pourquoi, s'ils étaient alors propriétaires des clichés, auraient-ils diffusé leurs photos au travers du studio P.S. et de plus diffusé anonymement nombreux de leurs tirages ? Sont-il les auteurs de ces photos ou n'ont-ils fait qu'apposer leur tampon sur des CDV par ailleurs diffusées anonymement ?  Quel est leur lien avec J.B. du Sahara ? Quel lien éventuel avec Jules BERTHOMIER ?

Ferdinand avait 35 ans et Félix 33 ans le jour du mariage de leur soeur ainée Charlotte Antonie Joséphine le samedi 11 mai 1872 à Alger. Ils sont tous trois les enfants adoptifs de Charles ROZIER lieutenant à la retraite qui se marie en 1848 à Alger avec leur mère Mme Joséphine Barbe GOUTIER(E). Notre cher Jules BERTHOMIER (41 ans à l'époque) était, comme les frères ROZIER, témoin à ce mariage. Tous les trois sont bien identifiés comme photographes (les deux premiers rue Maugrébins et, notre J.B., boulevard de la République).

Notre hypothèse selon laquelle les frères ROZIER publient dans les années 1860 des clichés de Jules BERTHOMIER reste encore tout à fait plausible.

Rozier, "Tente de nomades dans le désert", c. 1865, Coll. GD


Rozier, "Ouled Nail", c. 1865, Coll. GD

ROUDAIRE François-Elie (1836-1885)

5 phot. d'Ouargla, de Biskra et de Touggourt vers 1880 à la BNF

François Élie Roudaire, né le 6 août 1836 à Guéret et décédé le 14 décembre 1885 à Guéret, est un officier et géographe français. Il est le promoteur du projet de mer intérieure (africaine ou saharienne) auquel Ferdinand de Lesseps a attaché son renom.

Affecté au Dépôt de la guerre en qualité d'officier géodésien, le 28 mars 1862, il est envoyé en Algérie, où il arrive le 10 avril 1864, pour cartographier la colonie par les moyens de la géodésie et de la topographie. Opérant au sud de Biskra, dans la province de Constantine, l'officier découvre la région des chotts dont il mesure le premier avec précision la profondeur.

Origine photo : gallica - BNF

DE LAURIERE, Jules (1825, 1894)

Mathieu, Louis, Jules Pasquet du Bousquet de Laurière.

Photo prise lors d'une mission archéologique en Algérie dans les années 1875.


FOUREAU, Fernand (1850-1914)

Explorateur qui effectua une dizaine de voyages au Sahara (mission Fourreau-Lamy).
Créateur de la Société de l'Oued Rhir - Forage de puits et developpement des palmeraies entre Biskra et Touggourt.

Campement dans le Sahara algérien - 1878


Origine photo : Collections de la Société de Géographie.